Sensibilisation à la différence

Le temps de la bonne santé si il a existé aux yeux d’une poignée d’individus est bel et bien révolu ! Tout le monde à un soucis de santé considéré soit  mineur ou majeur. Et cela impacte forcément la vie quotidienne, professionnelle voir relationnelle (même si peux de personnes osent l’avouer) . Dans cet article nous aborderons les  différentes possibilités différentes de handicap, ou voir de pathologies et/ou maladies qui peuvent impacter notre vie personnelle ou sociale. Nous allons un peu détailler ce qui se voit, mais aussi l’incapacité qui est plus sournoise car invisible mais qui est tout autant discriminante dans une population non avertie. Il faut penser à sortir du cliché handicap égal sourd – muet – aveugle – fauteuil – trisomique.

Parlons de ce qui ne se vois pas.

Il fut un temps, quand une personne marchait mal ou titubais on lui attribuait directement des penchants vers un breuvage addictif. Et ce temps n’est pas si lointain voir encore d’actualité. Et pourtant, qu’est ce le handicap ? N’est-ce vraiment que le fauteuil ? Non, bien-sur.

Un handicap bien connu, l’autisme,  pourtant une grosse incompréhension tourne autour des personnes touchées. Ca ne se voit pas, ça ne s’attrape pas, la maladie n’est pas létale. Et pourtant dans l’ombre de ce mot, le handicap ( c’est a dire la difficulté totale ou partielle à effectuer une ou plusieurs actions de la vie courante et/ou quotidienne ) est bien réel. Non un autiste, ne fais pas de la simulation, c’est indéniable. Le fait de ne pas supporter les stimulis visuels- auditifs-olfactifs extérieurs, peut faire une décharge sensorielle incontrôlable.

Parlons aussi, de toutes se pathologies, qui font que quelquefois la santé va bien, et d’autre pas. Vous savez celle qui fait que votre voisin se trouve a un moment avec les attelles ou des cannes anglaises et que quelques jours suivant plus besoin de rien. C’est le cas de pathologie comme la fibromyalgie, la sclérose en plaque, le syndrome d’ehler danlos, parkinson ou bien même l’endométriose ou la maladie de crohn !

Ce qui ne se voit pas
Ce qui ne se voit pas

Vous vous posez, enfin certains, la question de la dame en fauteuil roulant  au supermarché mais qui se lève. Oui, en 2020, certains se posent encore cette interrogation mentalement.

Il y a aussi, que pas mal de gens, confondent handicap et déficience mentale. Toutes les personnes handicapées ne sont pas déficientes mentales. Certaines ont eu juste des difficultés d’apprentissage, mais le cerveau est juste intact ! Un sourd n’est pas déficient mental, et une personne avec un handicap psychique ne l’est pas pour autant non plus !! 

On ne met pas en doute une personne avec un handicap qui se voit , pourquoi c’est autrement avec le handicap qui ne se vois pas ? Quelle est la légitimité d’une personne qui dirais a un sourd, tu lis sur les lèvres donc tu n’est pas en situation de handicap ?

Et dans le visible ?

Dans le visible aussi, tout n’est pas figé, bien sur il existe un organisme qui permet d’avoir des droits, mais la loi est clair.Il y a bien sur le handicap physique voir moteur, des personnes ayant des difficultés à marcher, parler, écrire. Les incapacités sont pour la plupart compensées par du matériel.
Pourtant, la différence fait peur, souvent la personne handicapée est discriminée voir même infantilisée.

Le fauteuil, pour prendre l’adaptation la plus connue de tous, est juste un support pour les jambes défectueuses, ou encore un support pour éviter les douleurs et les chutes. Le fauteuil permet peut-être de rester en station debout à la maison. 
La personne qui a eu un accident du travail, amputée ou même brulée, est handicapée, et cette incapacité engendre des choses que nous ne pensons pas.

Pour le public non avertit, souvent le handicap visible comme la paralysie totale exclut totalement les douleurs.
Tout comme être en fauteuil, ne veut pas dire être médullo-lésé, et donc n’empêche pas forcément une paternité ou juste de pouvoir faire ses besoins naturels.

On ne se pose vraiment pas la question pour des personnes d’âge mûr, pour des adaptations du logement cela est perçu naturellement.

Le handicap ne se limite pas au fauteuil
Le handicap ne se limite pas au fauteuil et peut prendre du multiples formes

Au-delà de la vision et des mots 

Pour conclure cet article, je vous demanderais de vous poser la question avant de juger au premier regard. Accepteriez- vous d’être de l’autre côté ? Accepteriez vous qu’une personne pense à votre place ? Sincèrement, beaucoup porterait plainte, l’emploi loupé parce que l’autre candidat est plus grand par exemple. Et pourtant ça rentre dans le cadre de la discrimination, ou voir de la diffamation selon la nature des dires. Et pourquoi ne pas accepter que chaque personne fonctionne différemment tout simplement ?

Dans notre civilisation, il y a des personnes qui sont grandes, qui ont des connaissances poussées sur un domaine, ou qui ne savent ( peuvent) pas faire un trou dans un mur. Et pourtant cette incapacité dans un domaine ne pose pas de soucis majeur à personne. Pourquoi c’est encore le cas dès lors qu’on parle de handicap ou d’incapacité reconnue ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *