Diaphragme, tout savoir

Le diaphragme est un moyen non hormonal de contrôle des naissances. Les femmes qui ne veulent pas utiliser des méthodes de contraception à base d’hormones, peuvent y recourir. Le diaphragme constitue une bonne alternative aux pilules et aux autres contraceptifs hormonaux. Il fait partie des méthodes mécaniques ou des méthodes barrières utilisées dans le cadre de la contraception. Placé dans le vagin et formant une barrière au passage des spermatozoïdes vers l’utérus, il déploie un effet contraceptif. C’est un choix raisonnable pour toutes les femmes en âge de procréer. Aussi, il s’utilise en association avec un spermicide pour une meilleure efficacité. Cependant, le recours au diaphragme pour prévenir la survenue d’une grossesse requiert certaines précautions, notamment la prise en compte de certaines contre-indications.

Qu’est-ce qu’un diaphragme ?

Un diaphragme est une cupule peu profonde que l’on insère dans le vagin avant les relations sexuelles. Il s’utilise à des fins contraceptives. Conçu en latex ou en silicone mince, il se présente sous la forme d’un dôme entouré d’un anneau flexible. En effet, grâce à la coupelle cervicale, ce dispositif recouvre le col de l’utérus.

diaphragme contraceptif dans son emballageceptif
Durable et réutilisable, le diaphragme est vendu en pharmacie dans un emballage permettant de le conserver avec soin.

Le diaphragme contraceptif a : 

  • un rebord souple qui facilite son positionnement; 
  • des picots d’accroches qui permettent d’améliorer sa préhension et de faciliter l’insertion dans le vagin;
  • et une encoche de retrait (ou une anse) qui aide au retrait du diaphragme du vagin.

En recouvrant le col utérin et une partie de la paroi vaginale, le diaphragme constitue un dispositif barrière qui empêche aux spermatozoïdes de pénétrer dans l’utérus, lorsqu’il est placé dans les vagins avant les rapports sexuels. C’est une méthode contraceptive permet d’éviter une grossesse. Pour accroître son efficacité contraceptive, le diaphragme s’utilise avec un spermicide, une substance chimique qui tue les spermatozoïdes et les empêche de féconder un ovule. Le spermicide existe sous forme de crème, gel, mousse, etc.

Pour mieux s’adapter au col de l’utérus, le diaphragme est disponible sous plusieurs tailles, allant de 5, 5 cm à 9, 5 cm de diamètre. Encore faut-il que le diamètre soit parfaitement adapté à l’utérus de la femme qui l’utilise.

Pour obtenir un bon ajustement, un examen gynécologique s’avère nécessaire pour déterminer la taille du dispositif qui convient à la femme qui veut l’utiliser. C’est pourquoi, le diaphragme est prescrit par un professionnel de la santé (sage femme, médecin ou gynécologue) qui détermine la taille approprié pour femme et lui apprend comment l’insérer.

Mode de fonctionnement du diaphragme

Inséré dans le vagin, jusqu’à deux heures avant les rapports sexuels, le diaphragme recouvre la face antérieure du vagin et le col de l’utérus. Correctement mis en place, il permet de former une barrière intra-vaginale qui bloque l’entrée des spermatozoïdes. Ainsi, il sert de barrière physique entre le sperme et le col de l’utérus et permet d’éviter le passage des spermatozoïdes vers l’intérieur de l’utérus, empêchant, alors, la fécondation. 

femme utilisant un diaphragme contracemptif
Le diaphragme vaginal s’utilise conjointement avec un spermicide avec lequel il est enduit pour une efficacité maximum.

Le spermicide neutralise les spermatozoïdes contenus dans le sperme et les tue. Les cellules reproductrices de l’homme ne peuvent, donc, pas atteindre l’ovocyte et le féconder. L’action contraception du spermicide est chimique et locale.

L’efficacité du diaphragme

La fiabilité du diaphragme se mesure par le biais de l’indice de Pearl. Il indique le nombre de femmes sexuellement actives qui tombent enceintes sur un an, malgré l’utilisation de ce moyen de contraception. Il est de 6 en combinaison avec un spermicide.

Le diaphragme constitue une méthode de contraception qui doit être correctement utilisée à chaque pénétration vaginale. Cette utilisation correcte et constante améliore l’efficacité contraceptive. Cette efficacité est optimale lorsqu’il est utilisé avec un spermicide et peut être de 94 % dans le cadre de la prévention d’une grossesse et lors d’une utilisation parfaite au cours de chaque relation sexuelle. Lors d’une utilisation typique dans la vie courante en tenant compte des erreurs de manipulation, le taux d’efficacité est 84 %.

Pour une efficacité totale, le diaphragme doit être parfaitement ajusté et appliqué jusqu’à 2 heures avant une relation sexuelle (ce délai d’attente permet de garantir l’efficacité du spermicide avant le contact sexuel ; ce délai peut varier selon le spermicide utilisé). Par ailleurs, il doit être dans le vagin jusqu’à 6 heures après le rapport sexuel. 

Aussi, il faudra également s’assurer que le diaphragme couvre correctement le col de l’utérus. De toute évidence, une utilisation cohérente et correcte est essentielle à l’efficacité du diaphragme.  

L’efficacité contraceptive du diaphragme peut être grandement compromise, avec un risque de grossesse, lorsqu’il : 

  • change de position lors des rapports sexuels; 
  • n’est pas associé à un spermicide;
  • est retiré moins de six heures après les rapports sexuels. 

Mode d’utilisation du diaphragme 

Pose 

L’insertion du diaphragme peut sembler difficile. Mais, avec un peu d’entraînement et en adoptant une position adéquate, la femme peut parvenir à la mise en place correcte. Avant de l’insérer dans le vagin, il est important d’appliquer le spermicide dans la partie intérieure de ce dispositif, tout en étalant une petite quantité sur le bord. Le diaphragme doit être plié en le tenant par les picots d’accroche avant d’appliquer le gel. 

Les mains doivent être préalablement lavées avec de l’eau et du savon. Il n’est pas inutile de vérifier la date de péremption ou la présence d’un trou, d’une fissure (en le remplissant d’eau ou le tenant à la lumière), avant d’étaler le spermicide. 

Après avoir adopté une position confortable, comme si elle procédait à la mise d’un tampon, la femme peut introduire le diaphragme dans le vagin. D’abord, pour faciliter la préhension, la femme le plie en rapprochant les bords, puis l’introduit dans le vagin, avec la coupelle cervicale positionnée le long de cet organe sexuel féminin.

Ensuite, se servant de ses doigts, elle va pousser le diaphragme jusqu’à ce qu’il recouvre convenablement le col de l’utérus. Enfin, il faudra vérifier son positionnement en s’assurant qu’il épouse parfaitement la forme du col de l’utérus. 

Retrait 

Pour le retrait, il suffit de pincer l’encoche et de retirer le diaphragme doucement avec les doigts, tout en le glissant jusqu’à ce qu’il sorte du vagin. Il est important de faire intervenir ce retrait, au moins 6 heures après un rapport sexuel pour éviter une grossesse non désirée.

Après le retrait : 

  • les mains doivent être lavées avec de l’eau et de savoir ;
  • le diaphragme doit être séché à l’air libre ;
  • le diaphragme bien sec doit être bien rangé en vue d’une prochaine utilisation.

Le port du diaphragme sans interruption pendant plus de 24 heures n’est pas sans risque pour la santé, compte tenu du risque de prolifération des bactéries à l’intérieur du vagin. Ces agents pathogènes peuvent provoquer un syndrome de choc toxique. 

Effets secondaires liés au diaphragme

Il existe des effets secondaires liés à l’utilisation du diaphragme, notamment une incidence accrue d’infection des voies urinaires. Une utilisation multitude de spermicide au cours d’une journée, accroît le risque d’irritation au niveau du vagin.

Un vagin douloureux ou irrité peut être le signe d’une sensibilité au spermicide. Aussi, des irritations, des démangeaisons et une augmentation des pertes vaginales peuvent être le résultat d’un port prolongé du diaphragme. 

Dans des cas rares, lorsque le diaphragme reste dans le vagin pendant une longue période, il peut induire un risque pour la santé. Il peut occasionner le syndrome de choc toxique, une pathologie rare, mais potentiellement grave.

Ainsi, une mauvaise utilisation de ce dispositif  contraceptif peut, alors, provoquer une infection causée par des bactéries (staphylocoque doré). Ces agents pathogènes génèrent une toxine qui peut pénétrer dans le sang et atteindre divers organes. Ainsi, le syndrome de choc est, ainsi, provoqué par le fait qu’un corps étranger infecté pénètre dans le corps.  

Les avantages et les inconvénients 

Avantages 

Le diaphragme est pratique et rapidement efficace

Discret (étant à insérer à l’intérieur du vagin) et fiable, le diaphragme est une méthode de contrôle des naissances qui se range dans le sac de la femme ou dans l’une des poches de ses habits, l’accompagnant partout.

Aussi, elle peut l’utiliser à tout moment, avant un rapport sexuel. Il est efficace si on l’insère au moins deux heures avant les rapports sexuels. Ce délai est le temps nécessaire pour permettre aux agents chimiques contenus dans le spermicide d’agir pour rendre inactifs les spermatozoïdes. 

Le diaphragme n’interfère pas avec les rapports sexuels 

Étant inséré avant le rapport sexuel, il ne perturbe pas le déroulement de l’acte sexuel. Par ailleurs, le partenaire sexuel ne le sent pas.

Le port du diaphragme ne nécessite pas une interruption de la relation sexuelle pour le port d’une méthode contraceptive.

Le diaphragme est parfait pour les femmes qui ne peuvent pas utiliser diverses méthodes contraceptives

Le diaphragme peut être utilisé par certaines femmes affectées par des contre-indications médicales liées à certains contraceptifs (hormonaux par exemple) ou affectées par les effets secondaires de ces contraceptifs.

Aussi, les femmes allaitantes, six semaines après l’accouchement, peuvent utiliser le diaphragme ainsi que les femmes fumeuses.

Il est réutilisable et dure longtemps 

Contrairement au préservatif qui est utilisable une seule fois, le diaphragme est réutilisable. Correctement nettoyé après chaque rapport sexuel, il s’avère utilisable plusieurs fois, et ce, pendant plusieurs années.

En effet, le diaphragme est caractérisé par une durée d’utilisation qui peut atteindre deux ans lorsqu’il est bien nettoyé et rangé avec soin.

Inconvénients

  • Le diaphragme présente des risques pour la santé, avec notamment les risques d’infections urinaires.
  • Le diaphragme n’est pas toujours facile à utiliser pour certaines femmes qui ont des difficultés pour l’insérer correctement avec une incidence sur l’efficacité de ce dispositif.
  • Au cours des rapports sexuels, le diaphragme peut se déplacer avec un risque de survenue d’une grossesse non désirée.  
  • La nécessité d’ajuster la taille du diaphragme chaque année ou lorsque des variations importantes interviennent au niveau du poids de la femme. 
  • Le diaphragme requiert l’utilisation conjointe d’un spermicide qui peut induire des irritations vaginales. 
  • Le diaphragme n’offre aucune protection contre les infections sexuellement transmissible (IST).

Quid des règles (tampons, cups, …) ?

Il est possible d’utiliser un diaphragme contraceptif avec un tampon périodique ou une coupe menstruelle. Ces protections hygiéniques n’aspirent pas le dispositif contraceptif, ne présentent pas de risque pour la santé. Elles sont compatibles avec l’insertion du diaphragme.

Seulement, les tampons périodiques et les coupes menstruelles ne sont pas des dispositifs contraceptifs. Il importe donc de les enlever avant un rapport sexuel et d’avoir recours à un diaphragme contraceptif et à un spermicide.

Six heures au moins, après le dernier rapport sexuel, de nouvelles protections hygiéniques peuvent s’utiliser en veillant scrupuleusement au respect aux règles d’hygiène.

diaphragme contraceptif et libido
Le diaphragme est un dispositif contraceptif qui ne contient pas d’hormones et n’a aucune influence sur la libido.

Diaphragme contraceptif et libido

Certains contraceptifs diffusent dans le corps, des hormones susceptibles d’affecter le désir ou le plaisir sexuel. Ainsi, certains femmes ayant recours aux contraceptifs se plaignent des troubles du désir, d’une baisse de l’appétit sexuel, établissant conséquemment une corrélation entre la contraception et une faible libido. Mais, une telle corrélation ne prévaut pas avec l’utilisation du diaphragme.

Ainsi, les femmes sous contraceptif hormonal constatant un faible désir sexuel peuvent, après une consultation médicale, avoir recours à une alternative à la contraception par régulation hormonale, telle que le diaphragme.

Contre-indications

Il faut éviter d’utiliser un diaphragme dans tous les cas suivants :  

  • affection infectieuse récente du vagin ou de l’utérus;
  • antécédent de choc toxique;
  • infections urinaires ou vaginales répétées; 
  • prolapsus prononcé;
  • accouchement récent (les femmes qui ont accouché au cours des 6 dernières semaines);
  • chirurgie récente au niveau du col de l’utérus;
  • allergie ou une sensibilité au silicone, au latex, au spermicide;
  • anomalie du col de l’utérus; 
  • malformation vaginale;
  • faible tonus musculaire vaginal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *