Anneau vaginal (anneau contraceptif), tout savoir

Il est possible de distinguer les méthodes contraceptives par le mode d’administration qui les caractérise. Les pilules ou contraceptifs oraux s’administrent par voie orale, or d’autres (patchs ou timbres transdermiques) s’emploient par voie transdermique. Il en existe également une autre : la voie vaginale par le biais d’un anneau contraceptif. Contenant une association d’hormones absorbée à travers la paroi du vagin, l’anneau vaginal constitue un moyen efficace pour empêcher la survenue d’une grossesse non désirée. Il constitue une alternative à la pilule, avec de nombreux avantages. Cependant, l’anneau vaginal n’est pas dénué d’effets secondaires et peut être contre-indiqué pour certaines femmes.

Qu’est-ce qu’un anneau vaginal ?

Fait en polyéthylène-acétate de vinyl, l’anneau vaginal constitue un moyen de contraception efficace. Il est disponible sous la forme d’un petit anneau en plastique, transparent et flexible d’environ 54 mm de diamètre. Il contient des hormones, un œstrogène (éthinylestradiol) et un progestatif (étonogestrel).

anneau vaginal
Pliable et poreux, l’anneau vaginal fournit une contraception pendant un mois en libérant de petites quantités d’hormones en continu. Attention, son obtention requiert la présentation d’une prescription médicale établie par un médecin gynécologue ou une sage-femme.

L’anneau contraceptif s’insère dans le vagin afin que des hormones de synthèse qu’il contient, se diffusent à travers la paroi vaginale, dans la circulation sanguine en vue d’empêcher une grossesse. Aussi, l’utilisatrice peut elle-même l’insérer ou le retirer. Il ne gêne pas le partenaire lors des rapports sexuels.

En France, il est commercialisé sous le nom Nuvaring dans les pharmacie. Il existe des génériques, notamment Etoring Gé et Étonogestrel / Ethinyl Mylan. La femme peut l’insérer toute seule.

Mode de fonctionnement d’un anneau vaginal

Particulièrement extensible et solide, la paroi vaginale est constituée de muscles, de nerfs, de vaisseaux sanguins et de vaisseaux lymphatiques. Ainsi, elle peut épouser la forme d’un objet qui s’y introduit, tout en le maintenant fermement.

C’est notamment le cas pour un anneau vaginal. Ce contraceptif contient des hormones sexuelles féminines qui sont libérées dans la paroi vaginale très vascularisée. Cette libération hormonale quotidienne s’effectue lentement. Elle est de 15 microgrammes (µg) d’éthinylestradiol par 24 heures et de 120 microgrammes (µg) d’étonogestrel par 24 heures.

Ces hormones sont ensuite absorbées dans la circulation sanguine. L’anneau vaginal agit, de ce fait, comme un système de diffusion libérant des hormones dans le corps de la femme, tout en déployant trois modes d’actions.

Empêcher la libération d’un ovule par l’ovaire

Au cours de chaque cycle menstruel, l’ovaire libère un ovule qui est également appelé un ovocyte. La libération de cette cellule reproductrice féminine par l’ovaire correspond à l’ovulation.

Au cours de cette période ovulatoire, l’ovule libéré étant fécondable, toute rencontre avec un spermatozoïde induit une fécondation.

L’anneau vaginal agit, par le biais des versions synthétiques de la progestérone et des œstrogènes, en inhibant la libération d’un ovule par l’ovaire, bloquant donc l’ovulation.

Épaissir la glaire cervicale

Les glandes de l’endomètre, situées au niveau du col de l’utérus, sécrètent une substance visqueuse, appelée la glaire cervicale ou mucus cervical. Au cours de la période de fécondité, elle devient moins visqueuse. Elle permet, alors, aux spermatozoïdes de se déplacer plus rapidement dans le col de l’utérus et d’atteindre plus facilement l’ovule et de faciliter l’ovulation.

L’anneau vaginal fonctionne en épaississant la glaire cervicale qui devient, de ce fait, impénétrable aux spermatozoïdes. La glaire n’étant plus propice au cheminement des cellules reproductrices de l’homme, elle devient imperméable à la migration des spermatozoïdes. Elle empêche l’avancée des spermatozoïdes et la pénétration de ceux-ci dans l’utérus.

Favoriser l’amincissement de la paroi de l’utérus

Après la fécondation, l’œuf fécondé s’implante dans la paroi utérine. Cette implantation de l’œuf fécondé est appelée la nidation. Elle permet à la grossesse de poursuivre son développement.

Lorsqu’il est inséré dans le vagin, l’anneau contraceptif, amincit la paroi utérine et la rend moins accueillante ou peu hospitalière pour la nidation (la fixation de l’œuf fécondé dans la muqueuse utérine). En réduisant l’épaisseur de la paroi utérine, elle rend difficile l’implantation d’un ovule fécondé.

Anneau contraceptif : quelle efficacité ?

Excellente efficacité

Bien utilisé, l’anneau contraceptif constitue une méthode contraceptive fiable. En effet, son indice de Pearl, qui mesure son efficacité théorique, est compris entre 0,64 et 0,96. Ce qui signifie qu’environ une femme sur cent (100) utilisant l’anneau contraceptif peut tomber enceinte au cours de l’année.

Efficacité de l'anneau vaginal
Près d’une femme sur cent utilisatrices d’un anneau vaginal tombera enceinte au cours de l’année.

Le taux d’efficacité de l’anneau contraceptif est également excellent. Il est de 99,7 % lorsqu’il est mis en place de façon appropriée, bien utilisé et lorsque la femme n’oublie pas d’en remettre lors d’un nouveau cycle menstruel. Il est aussi efficace que la contraception œstroprogestative orale.

Très faible taux d’échec

L’anneau contraceptif est ainsi caractérisé par un faible taux d’échec  (0, 3%). Un taux d’échec qui est généralement le résultat d’une mauvaise utilisation ou d’un oubli accidentel. Pour être efficace, l’anneau contraceptif doit rester en place dans le vagin pendant trois semaines suivies d’une semaine sans anneau.

Qu’est-ce qui peut compromettre l’efficacité de l’anneau vaginal ?

Aussi, un retrait momentané de plus de 3 heures peut induire une baisse de l’efficacité contraceptive de l’anneau contraceptif. Or, il faut pourtant le retirer pendant une bonne semaine ! Il convient donc de le remettre en place et d’avoir recours de façon simultanée à une méthode contraceptive supplémentaire pendant les 7 jours suivants. 

De même, l’oubli d’insérer un nouvel anneau au bout des 7 jours de retrait du précédent, peut provoquer une baisse de l’efficacité contraceptive.

Par ailleurs, la survenue d’une rupture de l’anneau contraceptif peut grandement compromettre son efficacité contraceptive et une grossesse non désirée peut survenir. En raison du risque de grossesse, les femmes qui ont eu des rapports sexuels dans les cinq derniers jours précédant la rupture de l’anneau, doivent avoir recours à une contraception d’urgence.

Pour profiter de cette efficacité contraceptive et pour prévenir la survenue d’une grossesse non désirée, la femme doit régulièrement vérifier la mise place de l’anneau vaginal avant et après une relation sexuelle.

Mode d’emploi, d’insertion et de retrait d’un anneau vaginal

Mode d’emploi

Le mode d’emploi de l’anneau vaginal est assez simple. Son utilisation se fait par cycle de 28 jours.

D’abord, on l’insère au fond du vagin pour une période de 3 semaines. Grâce à la chaleur et à l’humidité qui prévalent au sein du vagin, le corps absorbe les hormones contenues dans l’anneau vaginal.

Ensuite, après les 3 semaines, l’utilisatrice retire l’anneau contraceptif pour une période de 7 jours au cours de laquelle une hémorragie de privation apparaît. 

Enfin, après ces 7 jours, la femme insère un nouvel anneau contraceptif. 

Ainsi, pendant un cycle de 28 jours, l’anneau reste dans le vagin pendant trois semaines sans interruption. Puis, il s’en suit une semaine sans anneau. Après quoi, un nouveau cycle menstruel est entamé avec un nouvel anneau contraceptif.

Mode d’insertion 

La femme peut procéder toute seule à l’insertion de l’anneau en suivant les explications du médecin prescripteur et en choisissant le moment adéquate pour l’insertion.

L’anneau étant souple, il est possible de le plier entre les doigts, préalablement bien lavés et séchés. La femme peut plier l’anneau contraceptif en le pinçant entre les doigts pour qu’il prenne la forme d’un ‘’8’’ avant de le pousser doucement dans le vagin.

Il faut l’insérer profondément pour que l’anneau tienne en place et ne gêne pas son utilisatrice. Un gel lubrifiant peut être utile pour faciliter le passage.

Il est préférable de procéder à cette insertion le premier jour des règles (du cycle menstruel) en l’absence de contraception préalable ou quatre semaines après un accouchement.

En relais d’une méthode progestative, il convient de l’insérer entre le 2e et le 5e jour du cycle. L’anneau peut être placé à n’importe quel moment en associant une méthode contraceptive durant 7 jours. 

Mode de retrait 

On retire l’anneau contraceptif trois semaines (soit 21 jours) après son insertion. La procédure de retrait est plus simple lorsqu’on saisit l’anneau entre l’index et le majeur.

Il doit nécessairement s’écouler une période de 7 jours avant l’insertion d’un nouvel anneau contraceptif. Une hémorragie de privation devrait débuter deux à trois jours après le retrait.

maux de tête
Les maux de tête figurent parmi les effets secondaires de l’anneau vaginal.

Effets secondaires connus

Généralement bien toléré, l’anneau contraceptif peut cependant induire des effets secondaires, semblables à ceux des contraceptifs oraux combinés. Il s’agit, entre autres, de : 

  • saignements irréguliers ;
  • maux de tête, migraines ;
  • pertes blanches  ou sécrétions vaginales;
  • vaginites (inflammation du vagin) ;
  • douleurs abdominales;
  • nausées, vomissements ; 
  • symptômes gastro-intestinaux (crampes abdominales ou ballonnements) ;
  • sensation de présence de l’anneau vaginal. 

Aussi, l’anneau vaginal peut accroître les risques thrombo-emboliques veineux et artériels. Ainsi, il comporte des risques pour la santé, avec les risques d’apparition des troubles circulatoires (phlébites ou caillots dans les veines, infarctus, accidents vasculaires cérébraux). 

Dans tous les cas, lorsque des troubles surviennent après l’insertion de l’anneau contraceptif, il faut en parler au médecin.

Les avantages et les inconvénients des anneaux vaginaux

Avantages de l’anneau vaginal

  • L’anneau vaginal offre une excellente protection contre la survenue d’une grossesse non désirée;
  • L’utilisation de l’anneau vaginal est simple et pratique;
  • L’anneau libère, pour un temps, la femme de la prise quotidienne des pilules. Elle peut l’insérer et effectuer un voyage de quelques semaines sans avoir à penser quotidiennement à la pilule. Ce contraceptif s’avère moins contraignante;
  • L’anneau vaginal est facile à insérer et à retirer par la femme. L’insertion et le retrait ne requièrent pas une expertise médicale; 
  • Ce contraceptif n’interrompt pas ou n’entrave pas la spontanéité au cours des rapports sexuels;
  • Méthode de contraception réversible : il y a un retour rapide à la fertilité après l’arrêt de la contraception à travers l’insertion de l’anneau vaginal. La femme peut tomber enceinte dès le prochain cycle menstruel.  

Inconvénients

  • L’anneau vaginal peut provoquer des saignements irréguliers, des pertes vaginales, des maux de tête;
  • Ce contraceptif peut induire des irritations ou un inconfort au niveau du vagin;
  • Il faut noter qu’un anneau vaginal ne procure aucune protection contre les infections sexuellement transmissibles (IST);
  • La présence de l’anneau peut être ressentie au cours des relations sexuelles, gênant ainsi la sexualité.

Quid des règles (tampons, cups, …) ?

Les tampons périodiques et les coupes menstruelles ne compromettent pas l’efficacité contraceptive de l’anneau vaginal. Ils sont sans danger pour la santé et il n’y pas un risque accru d’expulsion de l’anneau contraceptif. Mieux, ils n’interfèrent pas avec lui. Ils sont compatibles avec cette méthode contraceptive.

Ainsi, les femmes peuvent également utiliser les tampons ou les coupes menstruelles après insertion d’un anneau vaginal dans le vagin. Seulement, elles doivent s’assurer que l’anneau est bien en place avant de positionner le tampon ou la coupe menstruelle.

Anneau vaginal et libido 

L’anneau vaginal a un mode d’action similaire à celui de la pilule, puisqu’ils contiennent tous, des hormones qui empêchent l’ovulation. Contrairement à la pilule, l’anneau vaginal s’administre par voie vaginale et sans passer par le système digestif.

Chez certaines femmes, l’anneau vaginal n’affecte pas la libido, mais la baisse de la libido constitue un effet secondaire potentiel qui pourrait avoir un impact sur la sexualité.

contrariété
Des changements au niveau des désirs sexuels peuvent donc survenir après l’insertion de l’anneau vaginal.

Contre-indications

Il faut absolument éviter d’utiliser un anneau vaginal chez certaines femmes. Il s’agit notamment des : 

  • fumeuses âgées de plus de 35 ans ;
  • femmes allaitantes ;
  • celles qui viennent d’accoucher depuis moins de 4 mois ;
  • et femmes sensibles à l’étonogestrel, à l’éthinylestradiol ou à l’un des ingrédients qui intègrent la formulation de l’anneau vaginal. 

Aussi, l’insertion d’un anneau contraceptif est à proscrire en présence de : 

  • malformation vaginale;
  • saignements vaginaux inexpliqués;
  • migraine avec aura ou avec des symptômes neurologiques;
  • hypertension artérielle;
  • diabète compliqué avec atteinte vasculaire;
  • infection ou irritation vaginale;
  • affection hépatique grave;
  • antécédents de thrombose artérielle ou veineuse;
  • antécédent de thrombose ou prédisposition à la thrombose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *